La Droite Citoyenne - Plainte au CDJ contre Martial Dumont // L’Avenir La Droite Citoyenne – Accueil & Communiqué de presse

Communiqué de presse

Publié le 20 décembre 2017

Plainte au CDJ contre Martial Dumont // L’Avenir

Plainte au CDJ contre Martial Dumont // L’Avenir – La Droite citoyenne a déposé plainte au Conseil de Déontologie Journalistique à l’encontre du journaliste de L’Avenir, Martial Dumont (lettre jointe)

Le 14 novembre 2017 dans les colonnes de L’Avenir, le journaliste a qualifié la Droite Citoyenne de parti «d’extrême-droite».

La plainte est notamment fondée sur l’entretien téléphonique du même jour :

« J’ai donc personnellement téléphoné à Mr Martial Dumont. Afin qu’il m’explique comment et pourquoi il se permettait de gravement insulter notre parti et ses membres avec la qualification injurieuse d’Extrême-droite. Je lui ai demandé de m’indiquer quel point de notre programme pouvait justifier une telle affirmation. A cet égard, lui faisant remarquer que l’extrême-droite se définit comme nationaliste, raciste, violente, combattant la démocratie représentative. Et surtout en ce nouveau siècle hostile à la construction européenne.

Tout le contraire de notre programme et de nos déclarations publiques.

Pour le surplus je lui fais remarquer que d’éminents professeurs de sciences politiques (Jean Faniel, Pascal Delwitte) ont clairement indiqué que notre parti n’appartenait pas à l’extrême-droite, que de même Emmanuel Abramowicz de Résistance.be (Observatoire de l’extrême-droite) avait fait des déclarations similaires dans les médias.

Je me suis heurté à un dialogue de sourd avec un homme méprisant m’expliquant qu’il n’avait ni le temps ni l’intention de lire notre programme et qu’il en était de même pour tous les « groupuscules méprisables ». Celui-ci se contrefichait complètement de ce que des politologues pouvaient déclarer et que sa « religion » était faites à notre égard. »

La faute déontologique est évidente, tout journaliste a l’obligation de diffuser des informations vérifiées.

Martial Dumont n’a pas plus respecté le Code de déontologie journalistique sur l’obligation de faire valoir notre point de vue ; il n’a en effet pour ses 3 articles jamais pris contact avec nous avant publication :

« Lorsque des journalistes diffusent des accusations graves susceptibles de porter atteinte à la réputation ou à l’honneur d’une personne, ils donnent à celle-ci l’occasion de faire valoir son point de vue avant diffusion de ces accusations. »

Le caractère public de l’injure est un fait de violence psychique, interdit par la loi. Et insulter publiquement, est un délit parce qu’il y a une atteinte à l’honneur.

Notre parti, ses membres et ses électeurs peuvent s’estimer préjudiciés par une faute.

La DROITE CITOYENNE s’en remet donc à la sagacité du CDJ pour émettre un avis circonstancié.

Copie de la plainte a été adressée à nos avocats en charge de ce dossier, maîtres Daniel Mouson et Nadia Bouria.

Le Bureau Politique