Communiqué de presse

Publié le 24 février 2017

Le député Puget quitte (déjà) la DROITE CITOYENNE

Chaque député wallon se voit mettre à disposition 3 assistants parlementaires dans le cadre du financement public des partis politiques, deux à temps plein et un à temps partiel.

Ces salariés, payés avec l’argent public, ont pour seule et unique mission de prester au profit des parlementaires et de leur parti politique dans le cadre du mandat politique.

En aucune manière ces assistants ne peuvent soit travailler pour une activité privée soit ne pas prester et être absents de manière permanente.

Le Bureau Politique de la DROITE CITOYENNE a dû, à deux reprises, procéder à un rappel au respect des règles légales et à la Charte Ethique du parti, signée par le député Puget lors de son adhésion le 1 décembre 2016.

Il est en effet rapidement apparu que le premier assistant du député Puget ne prestait que quelques heures par semaine au profit de l’activité parlementaire et politique, le reste de son temps cet assistant écrit pour un site français d’extrême-droite. Le second ne preste rien, si ce n’est conduire la voiture du député à la suite de soirées trop arrosées ; de l’aveu même du député, cet assistant travaille en réalité pour des projets entrepreneuriaux privés du député, dont une école de conduite de drones. Quant à la troisième à temps partiel, engagée officiellement comme secrétaire, aucune prestation n’a pu être établie, sa seule qualification étant d’être la compagne du premier.

Aucun de ces assistants n’est membre du parti ; et pour cause : aucun contact avec l’extrême-droite n’est autorisé aux membres de la DROITE CITOYENNE.

Face à ce désordre, à ces trois emplois fictifs, le Bureau Politique de la DROITE CITOYENNE, dès que les faits ont été connus et avérés, s’est rapidement résolu à mettre en demeure le député André-Pierre Puget de mettre fin immédiatement à ce détournement de fonds publics qui dure depuis plusieurs années et de faire procéder au licenciement, par le greffe du parlement, de ces trois personnes.

Le député Puget a préféré remettre sa démission du parti, dont acte, plutôt que se conformer au droit.

Le Bureau politique préviendra ce jour la présidence du Parlement wallon des faits avérés découverts et qui constituent des infractions graves susceptibles de faire l’objet de poursuites judiciaires.

Pour le Bureau Politique
Le Président
Aldo-Michel Mungo

Retour à la page précédente