La Droite Citoyenne - Osons reformer enseignement La Droite Citoyenne – Osons réformer l’enseignement


Osons réformer l’enseignement – La qualité de notre enseignement est en baisse constante. Pourtant l’avenir de nos jeunes, c’est également l’avenir du pays; car notre seule ressource naturelle est notre matière grise.

Les partis qui se succèdent au pouvoir ont tous appauvri la qualité de l’enseignement par des réformes démagogiques successives. Pourtant, il semble bien que la sanction internationale est sans appel : chaque année du palmarès PISA au classement de Shanghai, les piètres performances de notre enseignement nous montre que nos politiciens et les gourous de la révolution permanente font fausse route et fabriquent des générations complètes perdues. Un chantier énorme est devant nous pour redresser la barre.

Changement pour l’enseignement !

La DROITE CITOYENNE préconise d’abord la fusion des réseaux officiels (Etat, provinces, communes) en leur assignant la tâche prioritaire de mieux mailler le territoire pour assurer l’intégration de toutes les populations aux valeurs communes.

Nous voulons une valorisation des filières techniques et professionnelles en partenariat avec les entreprises ; une formation professionnelle obligatoire pour les jeunes sans travail à leur sortie du secondaire. Dans tous les réseaux, nous proposons que soient organisés des examens externes en fin de primaire et en fin de secondaire ; ainsi que des épreuves d’orientation pour l’accès aux Universités et aux Hautes Ecoles.

Il est probablement certain que ces mesures doivent permettre de lutter contre l’échec qui a un coût pour la société. Il semble judicieux qu’une meilleure utilisation des deniers publics permettrait de rendre l’enseignement vraiment gratuit. Spécialement en supprimant les faux frais dans les cycles obligatoires et le minerval dans l’universitaire. Et, de plus, nous exigeons la fin immédiate du décret inscription et la révision complète du Pacte d’Excellence.

Donc, en conclusion, l’enseignement aujourd’hui a davantage besoin de liberté pour recruter des professeurs et pour permettre aux parents de choisir l’école qui correspond à leur choix pédagogique que de réglementations. L’école d’aujourd’hui appelle à un retour à l’exigence : à force de prôner des pédagogies « innovantes » on a cassé l’enseignement et augmenté les inégalités.

Le but est de former les étudiants à un métier, pas à une attestation.

Retour à la page précédente